Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le projet en détail

Publié le par le-fil-a-la-paille.over-blog.com

Le projet :

 

Le terrain de construction se situe à Lamothe en Haute- Loire, un peu au Sud de Clermont-ferrand

 

 auvergne

 

Plus exactement, au bord de l'Allier, à l'opposé de Brioude.

 

 Brioude

 

Et dans Lamothe, au pied du château et de l'église.

 

Lamothe

 

L'église et le château depuis le lieu de construction :

 

Eglise et château

 

Un peu d'histoire :

 

LAMOTHE :

Commune de la Haute Loire dans la région d'Auvergne, Lamothe fait partie du canton de Brioude-Nord.

Située à 446 métres d'altitude et voisine des communes de Brioude,Cohade, Azerat, Agnat ,Chaniat et Fontannes, elle compte 926 habitants (appelés les Lamothois et les Lamothoises).Sa superficie est de 12,2 km2 (soit 75,7 hab/km2).

La plus grande ville à proximité de Lamothe est la ville de Brioude située à Ouest de la commune à 5 km. La rivière l'Allier est le principal cours d'eau qui passe à Cougeac,principal hameau de la commune de Lamothe.

 

La Mothe doit simplement son nom à la butte sur laquelle se situait le château primitif, isolé par un ravin du reste du promontoire occupé aujourd'hui par le village.

Son église y est mentionnée dans le premier tiers du XIe siècle, placée sous le vocable de Saint-Saturnin, elle pourrait remonter à l'époque mérovingienne. Un édifice plus vaste, succède à la première église, sur le même emplacement. En 1072, les droits de l'église furent cédés au monastère de Pébrac et devint un prieuré. La paroisse fit partie , à l'origine du diocèse de Clermont-Ferrand, puis dépendit de l'évéché de Saint-Flour en 1317, et enfin rattaché en 1823 à celui du Puy. En 1773, cette église s'écroula de vétusté, et ce n'est qu'en 1902 que la nouvelle église de style néo-roman, édifiée sur l'ancienne motte fut bénie.

Le château originel existait encore en 1072, lorsque pour la première fois apparaît (sur la charte du cartulaire de Pébrac) le nom de la mota, châtellenie qui appartenait à Pierre de Bulhon, mais sur laquelle trois frères conservaient des droits : Bertrand, Rodolphe et Dalmas de Mota.

Au XIIe siècle, le château passa sous la domination du Comte et du Dauphin d'Auvergne. En 1198, la dauphin Robert fit donation de ses droits à Pons IV de Polignac. En 1206,  il s'étend jusqu'à l'actuel quartier de la Côterie. Entouré de remparGuy II, comte d'Auvergne, tint un plaid à La Mothe.

Les bases du château actuel, construit sur le ravin, remontent sans doute au XIIIe, au cours duquel plusieurs Polignac se distinguèrent. En 1248, Pons V, vicomte de Polignac et de La Mothe, se croisa avec Saint-Louis et mourut en terre sainte.

En 1304, Guillaume, dit Armand VII de Polignac, fit dresser un terrier de La Mothe. En 1312, il attaqua avec une troupe armée le village d'Alvier. Cette action lui valut une condamnation par le Parlement de Paris.

En 1344, Guillaume Roger, frère aîné du pape Clément VI, acquit la vicomté de La Mothe. Il est probable qu'il fit alors reconstruire le château, en utilisant les équipes de bâtisseurs qui travaillaient à La Chaise-Dieu. Une ordonnance du Dauphin Charles du 19 juin 1357 prescrivait d'ailleurs au bailly d'Auvergne de « faire réparer les forteresses et les mettre en état pour obvier aux courses des Anglais et Routiers » qui dévastaient le pays.

En 1366, le marquis de Beaufort, seigneur de Canilhac, autre fils de Guillaume, et frère de Pierre Roger, élu Pape en 1370 sous le nom de Grégoire XI, reçut La Mothe, qui devint La Mothe-Canilhac. Il épousa, en 1369, Catherine, fille du Dauphin d'Auvergne, qui lui rapporta les droits que ce dernier possédait sur sa terre. En 1386, il fut nommé par Charles VI de France, lieutenant en Rouergue.

Son fils Louis de Beaufort Canilhac, vicomte de La Mothe, se fit remarquer par sa turbulence. En 1445, il menaça de faire jeter dans le puits de la cour du château Hector, bâtard de Turenne, avec qui il était en procès. Chambellan du roi, il fut nommé bailly de Montferrand et d'Usson de 1468 à 1472.

Son neveu Jacques de Montboissier Beaufort Canilhac devint vicomte de La Mothe et épousa en secondes noces le 17 novembre 1526 Charlotte de Vienne. À cette occasion, il fit réaliser le plafond à caissons de la chambre dite papale. Après sa mort, en 1543, son épouse se remaria avec Jaochim de Chabannes, seigneur de Curton, et c'est sous ce nom de Curton qu'elle passa à la postérité, devenant gouvernante, puis dame d'honneur de la reine Marguerite de Valois, surnommée reine Margot.

Gabriel de Montboissier Beaufort Canilhac participa activement à la fronde et fut condamné à mort et décapité aux Grands Jours d'Auvergne en 1165. Ses biens confisqués furent attribués au sieur Bartillat, garde du trésor royal. Ce dernier les restitua en 1673 à Anne de Laubespin, veuve de Gabriel.

En 1680, La Mothe passa par mariage à la famille de Barenti, puisque Madeleine Perrot, nièce de Anne de Laubespin épousa Jacques Honoré Barentin, président de la cour. Il fit subir au château d'importantes transformations, ouvrant en particulier l'actuelle cour intérieure.

Les Barentin possédèrent La Mothe jusqu'à la révolution. Charles-Paul-Nicolas Barentin de Montchal, dernier seigneur, émigra en 1790.

Au XIXe siècle, le château fut transformé en couvent, puis cédé en partie à la commune qui y installa l'école et le presbytère. Aujourd'hui propriété privée, le château est peu à peu restauré, notamment une importante partie il y a, à peu près cinquante ans. Le château ne peut cependant pas se visiter.

Le village se développe autour du château en commençant par le nord-est,où se situe aujourd'hui le quartier « le fort », puists, le village était protégé du côté le plus accessible par « le grand vallat » percé encore aujourd'hui de deux portes : « le théron » et « le soulard ». Grâce à l'utilisation des sapins de la forêt de la Chaise Dieu pour la fabrication des mâts des bateaux de Marine royale, un trafic intense se développe sur la route traversant le village, voyant, certains jours, deux cents charrois se rendre au port de Lamothe: Cougeac. Les arbres sont acheminés par l'Allier via la Loire jusqu'à Nantes. Au XVIIIe siècle, les habitants, au nombre de 1100, jouissent d'une certaine aisance. Au sein de la cité, l'industrie est très bien représentée par des tanneries, des tuileries, des moulins…

 

Le château, l'église, et le quartier bas :

 

En 1950 :

 

Image-08

 

Aujourd'hui :

 

Chateau2 640x480

 

Pardon ! Aujourd'hui :

 

Chateau1 640x480

 

En 1950 :

 

Image-11

 

Aujourd'hui :

 

Eglise1 640x480

 

En 1950 : 

 

Image-19

 

 

 

Aujourd'hui :

 

Vue château 640x480

 

Autres vues de Lamothe :

 

Lamothe2 640x480

 

Lamothe3 640x480

 

Lamothe4 640x480 

 

 

 

Le Permis de construire :

 

Il concerne donc une maison individuelle de 165 m2 de SHON et 155 m2 habitable.

La maison est composée d'un RDC et d'un étage mansardé. Un garage y est accolé pouvant éventuellement servir plus tard de cellier de local technique ou d'atelier. Sur l'avant une avancée de toit ouverte permet de garer les voitures.

 

Sud Est 640x480

 

Le terrain est clos de murs anciens qui seront préservés et on note dans l'angle la présence d'un portail imposant quoique trop étroit pour le passage de camions mais qui sera conservé pour accès piétons.

 

Portail ancien 640x480

 

Les murs dont le dessus était quelque peu abimé ont été refaits et le portail d'origine a été refait à neuf mais à l'identique (voir dans l'article "Travaux annexes")

 

Le RDC comprend une cuisine, un espace salon-salle à manger-bureau, un deuxième bureau, une chambre et une salle de bain. Le tout prévu au normes handicapés, avec les dégagements normalisés.

dimensions intérieures 8 x 12 m soit 96 m2.

 

 

 

 RDC2

 

En mode 3D, ça parle mieux !

 

vue RDC 640x480 

 

Et vu en situation ...

 

Vers le salon, de l'escalier :

 

 Vue séjour 640x480

 

Vers la cuisine, du bureau :

 

 Vue cuisine 640x480

 

 

L'étage mansardé offre un espace dyssimétrique, puisque le toit descend plus bas côté Nord Ouest.

Il démarre à 1 m côté Nord Ouest et 1m60 côté Sud-Est, le faîtage est donc décalé vers l'avant de la maison.

 

 Coupe

On y trouve, deux chambres, une salle de bain et une salle de jeux, vidéo ... Dans un coin, un débarras parce qu'il y a toujours quelque chose à stocker !

 

 étage

 

 

Le budget :

 

Terassement :  7000 €

Raccordements réseaux : 4000 €

Outillage et équipement : 4000 €

Paille : 600 €

Garage : 10000 €

Ossature mur : 6200 €

Charpente : 6000 €

Couverture et isolation : 12000 €

Electricité : 6000 €

Plomberie : 2000 €

Menuiseries : 12000 €

Chauffage et VMC : 20000 €

Récupération eaux de pluie : 2500 €

Finition intérieure : 12000 €

Salle de bain : 2000 €

Cuisine : 12500 €

 

TOTAL :   118600 €

 

A quoi se rajoute la location d'un logement le temps des travaux et les inévitables imprévus !!

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

karl 25/05/2012 14:30

bonjour,
je parcours votre blog qui est bien interressant et que l'on peut lire chronologiquement.
Je voulais juste réagir sur le pôle chauffage,peu de besoin et c'est le poste le plus cher en terme de budget.

je continu ma lecture

le-fil-a-la-paille.over-blog.com 25/05/2012 20:11



Bonsoir,


votre réflexion est pertinente. L'explication :


Une maison BBC fonctionne à l'inverse d'une maison telle que nous avions l'habitude d'en voir. Son problème n'est plus le chauffage mais la surchauffe.


Il y a donc nécessité d'avoir un sytème de chauffage extrêmement performant et surtout ayant une inertie la plus faible possible. L'antithèse des radiateurs fontes qui devaient avoir le plus
d'inertie possible.


Le chauffage par le sol par exemple a une inertie de 3 à 5 h, c'est à dire qu'il continue de rayonner 3 à 5 h après son arrêt, c'est une des causes de la surchauffe des maison énergétiquement
peformante.


Le problème est que les chauffages réellement adaptés au BBC sont pour l'instant très innovants donc chers. Le chauffage en plafond offre en plus la possibilité d'un raffraîchissement très
économique (3€ par an : campagne de suivi de l'ADEME) et le seul rafraîchissement elligible au BBC, en plus d'une très haute performance (120€ de chauffage par an)


Le fil a la paille



MAGNIEN KOZLOWSKI Francoise 04/02/2011 14:08


Un superbe projet !!!!!
Il me tarde de voir l'ouvrage terminé.
Félicitations à toi et à toute ta petite famille
Bises de la cousine que tu n'as pas vu depuis.......30 ans ?.....(la fille de Pierrette)