Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les bottes de paille ...

Publié le par le-fil-a-la-paille.over-blog.com

Trouver la paille, ça peut paraître facile, il suffit de regarder les champs au bord de la route ...!

Au final, ne n'est pas si simple. Autour de moi, blé, orge, avoine, seigle, laquelle choisir ?

En discutant avec Alain, un ami, les choses se décantent d'elles mêmes. Je savais que la paille de seigle était réputée la meilleure, car elle contient plus de silice et cet élément abrasif dissuade fortement les rongeurs. Ceci dit dans une construction de type GREB, le process lui-même protège bien de ces bestioles. Autre problème plus technique celui-là, le seigle est moissonné avec des lames de coupes de 6 m, ce qui produit des andains très volumineux qui ne sont pas assimilables par une petite presse à bottes. Il faudrait réétaler et réandainer ce qui demande du temps et de l'énergie.

Exit le seigle. Reste, ici, l'orge et le blé, ce n'est plus qu'une question de timing. L'orge se moissonne mi-juillet et le blé en août. L'orge étant prête, nous optons pour cette solution. Alain connaît une ancienne presse qui fonctionne bien et le tour est joué. C'est parti pour 400 bottes.

 

  001

 

002

 

003

 

004

 

009

 

010

 

La bâche etant temporaire, et fragile pour bien protéger tout un hiver, il convenait de faire mieux pour préserver notre paille qui représente quand même un sacré capital  dans le cas d'une maison paille !

 

Voilà qui est fait.

 

Les travaux en 2 étapes :

1) Le montage d'une ossature en planches de 12 x 5 cm (les mêmes qui seront utilisées pour la maison).

    En 1 demi-journée grâce à l'aide précieuse de mon fils Joris.

2) La couverture grâce à des everites de récupération (un grand merci à notre voisin).

  

012 

 

011

 

hangar paille 640x480

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

alarme maison 14/09/2012 11:10

C'est le premier blog ou je trouve une explication compléte sur le choix de la paille. Merci

le-fil-a-la-paille.over-blog.com 14/09/2012 11:40



Ravi de vous avoir apporté des réponses.


J-Pierre



LUDOVIC 26/07/2011 20:44


Bonjour,
Pouvez vous me dire quel est le montant de l'ensemble des bottes de paille dépensé pour ce projet?
Cordialement


le-fil-a-la-paille.over-blog.com 30/07/2011 20:00



Bonsoir,


Le budget paille, entre l'achat des bottes et la main d'oeuvre pour le chargement - transport -déchargemeent se monte à 470 €.


Soit l'équivalent de 431 blocs béton éco 20x20x50, soit 43 m2.


le fil à la paille



ioan 05/11/2010 08:33


Un regard sur dix années d'éxperience dans la construction est largement insuffisant; ....donc, je serrai très prudant surtout qu'il s'agit d'un investissement important.
Concernant l'avis technique: j'ai fait des recherches. En fait la réglementation est encore floue à ce sujét; elle permet d'utiliser les règles Th-Bât du classeur RT2005 pour ce qui est de la
paille; la valeur à retenir pour la botte de paille est celle de "produit manufacturé à base de fibres végétales", § 2.6.7 des Th-Bât
- masse volumique de 60 à 200 kg - lambda 0.065 w/mk, valeurs admises par le CSTB.
Pourtant il n'y a pas d'avis téchnique
Maintenant il faut savoir qu-est ce que ça veut dire "produits manufacturés"


ioan 01/11/2010 15:22


Ok pour la structure; je sentais que un calcul est necessaire et si tu l'a fait est très bien.
Par contre pour le "mortier greb" je part du principe que le ciment et le bois ne vont bien ensemble. le melange des deux font perdre les qualités de l'une et de l'autre; les deux matériaux
travaillent très diferament; le bois se dilate et se contracte très fort fonction des variations de l'humidité et de la temperature; le ciment absorbe l'eau et forme un gel et ensuite il reste
stable avec les variations d'humidité et se dilate très peu avec la temperature; en conséquance même si au début il y a une petite adérence, avec le temps cette adérence est détruite, le bois aura
tendence à travailler indépendament et il est fort possible qu'il se degrade (pourriture)
En plus, la principale qualité du ciment est qu'il donne avec l'eau et la matrice (sable pierre) un matériau très résistent; en le melangeant avec la sciure cette qualité est compromise.
si tu trouve des études prouvant le contraire, je serais ravi d'aprendre des choses que je ne connaisais pas.

Apropos de la paille:
Je suis convaincu des qualités dans l'isolation; d'ailleurs j'ai adopté cette solution pour isoler les purs en pièrre et le planché dans les combles.
j'ai vu chez lzs pro de la paille que ils ont réusi à convaincre des organisms de cértification pour que les maisons en paille soit labélisés effinergie (réference, site des compaillons); il me
parrait que le CSTB a certifié aussi le lambda (0.057); j'aimerais savoir si c'est vrais et si oui, où trouver la réference ?


le-fil-a-la-paille.over-blog.com 01/11/2010 15:36



Salut Ioan,


Effectivement le Réseau Français de la Construction Paille a négocier avec Promotélec un processus de labellisation pour la paille. Il s'agit d'une procédure temporaire pour laquelle un bilan est
prévu au printemps. A cette occasion Thermiconseil devrait intervenir pour leur présenter l'état de la règlementation puisque la paille a effectivement obtenue un avis technique qui nous permet
de faire les études règlementaires. Le lambda retenu n'est pas de 0.057 mais 0.065 . Je n'ai pas encore le document mais je te le transmettrais à l'occasion.


Pour le béton GREB, je n'ai pas d'études précises mais les premières maisons ont été réalisées au Québec il y a une dizaine d'années et le comportement de la structure ne parait paser de
problèmes. Mais je vais quand même faire passer ton message pour voir s'il y a des éléments concrets à mettre en face.


Bonne journée


J-Pierre



ioan 30/10/2010 13:21


Salut JP,
Quelques observations:
1. As tu pensé à verifier le comportement de la structure de la maison par rapport aux vents ?
J'ai quelques doutes; ...puisque dans tes plans je ne voit pas des contreventements capables de prelever les charges horizontales; ....et les elements de remplissage (paille et mortier greb) n'ont
pas les qualités necessaires ni pour supporter des charges importantes ni d'empecher les déplacements.
2. concernant le mortier greb: il me semble que melanger ciment-sable-chaux-sciure est une erreur, de point de vue technique. Je ne ferrais pas confiance aux “qualités” de ce produit à long thèrme.


le-fil-a-la-paille.over-blog.com 30/10/2010 21:27



Bonsoir Ioan,


ravi de tes messages !


Concernant les contreventements, effectivement ils ne sont pas présent sur le modèle du blog. Depuis, lors d'un  stage GREB j'ai rencontré un ingénieur structure qui m'a calculé les poussées
et m'a fait un plan pour les ancrages et renseigné sur les contreventements nécessaires sur la poutre de faîtage et les poutres qui supportent le plancher intermédiaire.


Le mortier GREB (3 seaux de sable, 4 de sciure, 1 de ciment , 1 de chaux) a fait ses preuves tant en solidité qu'en contreventement. D'autres essais ont été fait avec des mélanges tout prêt genre
batichaux mais ne donne pas de bons résultats. Essayé aussi le béton chaux chanvre mais difficile à couler et laisse des trous qu'ils faut boucher ensuite.


Le béton GREB est d'une solidité impressionnante et l'avantage est qu'on peut fixer les meubles de cuisine en vissant directement dans le mortier !


Pour ce qui est de la ouate, le site que tu as mentionné le dit bien, il n'est conséquent que dans le cas d'un soufflage en comble perdu, à plat. Dans mon cas le soufflage se fait en caissons et
du moment que la densité est respecté il n'y pas de tassement. Pour le soufflage en combles perdus, si l'on utilise de la ouate traitée au sel de bore, l'humidité ambiante réagit avec le sel de
bore et forme une croûte qui limite le tassement.


Pour certaine utilisations, isolation de murs LNC, de vides sanitaires ... le souflage humide est effectivement une bonne solution.